Connectez-vous !

J'ai perdu mon mot de passe

Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte maintenant
Avec un compte vous pouvez entre autre suivre vos informations de fiches familles et enfants et les réinscrire chaque année, vous pouvez aussi gérer votre fiche association


Si vous rencontrez un problème, n'hésitez pas à contacter le webmaster@ville-ambaresetlagrave.fr

Connectez-vous !
Bannière
INFOS FLASHTravaux place de la Victoire

Actualités

Gironde : l’installation d’Hermès fait le bonheur de Saint-Vincent-de-Paul

Publié le Jeu. 2 Novembre 2017

Le maire Max Coles et son adjointe Anne-Cécile Réale sur le terrain qui accueillera le futur atelier de confection.
Le maire Max Coles et son adjointe Anne-Cécile Réale sur le terrain qui accueillera le futur atelier de confection. © Photo photo g. b.

L’implantation d’un atelier Hermès en 2020 sur la plus petite commune de la métropole bordelaise devrait bénéficier à tout un secteur.

Nul besoin d’être démographe pour l’annoncer : la plus petite commune de la métropole bordelaise va voir sa population (1 050 habitants) augmenter d’un quart dans les prochaines années… du moins aux horaires de travail. C’est en effet là, sur un terrain de plus de 5 hectares bordant la Dordogne, à deux pas du pont Eiffel et de l’entrée de l’autoroute, que l’entreprise Hermès implantera un atelier de confection de maroquinerie, comme l’a révélé « Sud Ouest ». À la clé, une centaine d’emplois à l’ouverture, en 2020, et près de 300 à terme.

Philippe Barre, l’enfant du pays

« Ils [les représentants d’Hermès] viennent tous les mois depuis environ un an. Ils cherchaient un site, je sais qu’ils en ont étudié 16 en tout, et finalement, ils ont choisi le nôtre », se félicitait hier Max Coles, le maire. Qui ne cachait pas que le travail mené par l’enfant du pays Philippe Barre, « Monsieur Darwin » (il en est le cofondateur) a été prépondérant. « C’est la rencontre [des dirigeants d’Hermès] avec Philippe Barre qui a fait boule de neige. Sa famille a longtemps tenu l’hôtel-restaurant Chez Anatole, aujourd’hui propriété de la Métropole, et il projette de le réhabiliter (1). Ce serait une très bonne chose. En ce moment, le bourg n’est pas bien. Presque en ruine », reconnaît le maire.

Pour son adjointe Anne-Cécile Réale, l’arrivée d’Hermès tombe à pic « dans notre démarche globale de redynamisation du bourg, qui a débuté avec l’agrandissement de l’école, un centre de loisirs (associatif), un city-stade et bientôt un terrain de foot, un programme de logements, une halte nautique… »

Il est aussi question de repenser l’accès aux berges, la circulation et l’utilisation des espaces sauvages (« on pense notamment à la permaculture »), en prenant en compte la contrainte non négligeable du risque inondation. « On cherche à utiliser les espaces en faisant de la haute couture (sic)?! » poursuit-elle.

Belle visibilité

À quelques kilomètres, un autre maire, celui d’Ambarès-et-Lagrave, commentait hier avec satisfaction la nouvelle de l’arrivée de la marque de luxe sur la presqu’île. D’autant plus que l’activité formation (20 employés) se fera, dans un premier temps, sur son territoire. « Hermès va s’installer [en septembre 2018] dans un grand local autrefois utilisé pour la conception de toiles de chapiteaux de cirque, précise Michel Héritié, le maire de la commune. Situé tout près de la sortie d’autoroute, à Lagrave, il jouit d’une belle visibilité. C’est bien pour tout le monde. » Le message est passé : Hermès est très attendu.

(1) Véritable institution, Chez Anatole, fermé en 2016, a accueilli des générations de routiers et de vacanciers. Il pourrait devenir un « tiers-lieu » avec bistrot-cidrerie, coworking, crèche et maison médicale.

 

Verbatim

[La Métropole] est fière d’accueillir une activité de production à haute valeur ajoutée, basée sur un projet de formation d’hommes et de femmes à des savoir-faire artisanaux d’excellence »

Bordeaux Métropole

« On ne parlait pas de Saint-Vincent-de-Paul. Maintenant, on va en parler »

Max Coles, le maire

« Nous voulons engager une réflexion avec Hermès sur l’approvisionnement en peaux des industriels du pôle cuir »

Alain Rousset, président de la Région, où la filière cuir et luxe emploie 3 800 salariés

Le maire Max Coles et son adjointe Anne-Cécile Réale sur le terrain qui accueillera le futur atelier de confection.

 

 

Cet article a été rédigé par un correspondant ou un journaliste du journal Sud Ouest
http://www.sudouest.fr/
EmailFacebookGoogleLinkedInTumblrTwitter
Correspondant Sud-Ouest : Denis Garreau, Ambarès et Lagrave & St Louis de Montferrand
Email - Tél. portable 07 86 86 53 88
RSS Flux RSS Mentions Légales Mentions légales - Mentions Légales Extranet Copyright © 2017 Ville d'Ambarès & Lagrave. Tous droits réservés. - N° CNIL : 1001457