Connectez-vous !

J'ai perdu mon mot de passe

Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte maintenant
Avec un compte vous pouvez entre autre suivre vos informations de fiches familles et enfants et les réinscrire chaque année, vous pouvez aussi gérer votre fiche association


Si vous rencontrez un problème, n'hésitez pas à contacter le webmaster@ville-ambaresetlagrave.fr

Connectez-vous !
Bannière
INFOS FLASHENEDIS : Coupure d'électricité pour travaux renforcement du réseau électrique

Actualités

Les services de la Métropole sur le pont

Publié le Mar. 2 Janvier 2018

Sur l’avenue de la Garonne, à Saint-Louis-de-Montferrand.
Sur l’avenue de la Garonne, à Saint-Louis-de-Montferrand. © Photo GB

PRESQU’ÎLE D’AMBÈS Les agents d’astreinte ont beaucoup déblayé, hier

« On est là depuis deux bonnes heures. Des branches, des arbres, il y en a comme ça jusqu’au bout, jusqu’au bac [d’Ambès] ! » Dominique Lopez, Fabrice Palisseaux et Éric Sanchez, trois agents de voirie métropolitains basés à Ambarès, étaient à pied d’oeuvre hier, à 17 heures, pour réparer les dégâts causés par le coup de tabac de la mi-journée. D’astreinte pour ce 1er de l’An, ils dégagent, souffleur à feuilles en main pour l’un, tronçonneuse pour le deuxième pendant que le troisième manoeuvre la tractopelle, les végétaux qui encombrent la bien nommée avenue de la Garonne, à Saint-Louis-de- Montferrand. Le fleuve n’a pas débordé hier, malgré le fort coefficient de marée et la violence des vents, mais a copieusement arrosé la chaussée par endroits. La crainte, le vent « Nous sommes intervenus plusieurs fois côté Garonne, confiait peu après Kévin Subrenat, le maire d’Ambès qui est par ailleurs délégué métropolitain aux risques naturels et technologiques. J’ai enlevé moi-même plusieurs arbres avec mon véhicule avant que les agents n’arrivent et nous nous sommes relayés sur le terrain avec mon premier adjoint. »

Ce dernier, Jean-Pierre Mazzon, assurait dès 18 heures, quand la marée atteignait son maximum : « Nous sommes assez sereins, le plus fort est passé. Un clapet a sauté sur une jalle, mais finalement, on n’a rien eu de grave. » Tout en rappelant que la vigilance était de mise : « Le problème, la peur, c’est le vent. Je vis ici depuis soixante ans. Il n’y a jamais eu de submersion à proprement parler – en 1999, c’est une digue qui avait cédé. Mais le vent, ça peut faire des dégâts. »

Hier soir, la petite cellule métropolitaine restait sur le qui-vive.

Gabriel Blaise

Cet article a été rédigé par un correspondant ou un journaliste du journal Sud Ouest
http://www.sudouest.fr/
EmailFacebookGoogleLinkedInTumblrTwitter
Correspondant Sud-Ouest : Denis Garreau, Ambarès et Lagrave & St Louis de Montferrand
Email - Tél. portable 07 86 86 53 88
RSS Flux RSS Mentions Légales Mentions légales - Mentions Légales Extranet Copyright © 2018 Ville d'Ambarès & Lagrave. Tous droits réservés. - N° CNIL : 1001457