Connectez-vous !

J'ai perdu mon mot de passe

Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte maintenant
Avec un compte vous pouvez entre autre suivre vos informations de fiches familles et enfants et les réinscrire chaque année, vous pouvez aussi gérer votre fiche association


Si vous rencontrez un problème, n'hésitez pas à contacter le webmaster@ville-ambaresetlagrave.fr

Connectez-vous !
Bannière
INFOS FLASHRénovation de routes

Actualités

« Tarkiz », acrobaties et devoir de mémoire

Publié le Mar. 17 Juillet 2018

Le spectacle « Tarkiz » emprunte aussi bien au cirque tradition-nel qu’aux disciplines urbaines plus récentes.
Le spectacle « Tarkiz » emprunte aussi bien au cirque tradition-nel qu’aux disciplines urbaines plus récentes. © Photo ph. Guillaume Bertrand

L’école du cirque Shems’y du Maroc et la Compagnie du 13e quai présentent « Tarkiz » demain au lac de La Blanche. Et dès aujourd’hui, rencontre avec la troupe à Lormont.

Si un spectacle s’apparente à un plat où chaque ingrédient concoure par sa singularité et sa saveur à l’harmonie globale, d’après l’analogie de Guillaume Bertrand, metteur en scène de la Compagnie du 13e quai?; le spectacle « Tarkiz » serait un complexe assemblage « aux accents de ras el-hanout ». Parkour, pyramides, trix [un mélange d’arts martiaux et d’acrobaties, NDLR], « Tarkiz » offrira demain soir aux spectateurs ambarésiens une lecture contemporaine des arts du cirque, aux croisements des disciplines, emprunt d’histoire marocaine.

« L’acrobatie, c’est culturel chez nous », lance Said Mouhssine, acrobate, voltigeur, spécialiste du mât chinois. Il est l’un des cinq apprentis, diplômés de l’école nationale du cirque Shems’y du Maroc avec qui la Compagnie du 13e quai collabore voilà plusieurs années déjà. Véritable institution nord-africaine, l’école Shems’y délivre depuis 2009 des diplômes d’art du cirque à des jeunes désireux de s’exprimer, autrement, corporellement. « Il y a une vraie volonté de l’école de ne pas laisser de jeunes dans la rue », raconte Guillaume Bertrand. Quant au détour d’un voyage au Maroc, Pascal Deliac, responsable culturel au Pôle culturel Év@sion d’Ambarès-et-Lagrave découvre l’engagement et l’énergie de ces élèves, il est immédiatement séduit. C’est cette rencontre inopinée qui a permis à la création « Tarkiz » de prendre ses quartiers pour une soirée unique sur le site du lac de La Blanche.

Histoire, cirque contemporain

« Il y a un engagement de l’ordre du solaire chez ces artistes, une énergie très explosive », commente Guillaume Bertrand. Il explique avoir été chercher ce qu’ils ont en eux, s’être servi de ce qu’il a senti d’eux pour raconter une histoire commune : celle du 5e Régiment de tirailleurs marocains ayant servi la France lors de la Seconde Guerre mondiale. « C’est un pan oublié de l’histoire or sans eux, nous ne serions pas là aujourd’hui », confie-t-il. « Tarkiz », signifie d’ailleurs « attention », « mémoire ». « C’est un sujet qui interroge la notion de départ pour un pays inconnu, et ça résonne encore beaucoup avec l’actualité », explique le metteur en scène. Mais « Tarkiz », ce n’est pas juste un spectacle. Arrivée vendredi, la troupe nord-africaine est allée à la rencontre des habitants et amateurs de cirque de l’agglomération bordelaise. Hier après-midi au Pôle culturel Év@sion, hier soir à Villenave-d’Ornon et cet après-midi à Lormont (lire ci-dessus), les artistes accordent une part importante de leur travail aux échanges interculturels avec le public. Et à Ambarès-et-Lagrave, le cirque, on connaît.

« Cela fait des années que la Ville mène un travail sur le cirque », détaille Pascal Deliac. Et avant le Maroc, c’est du côté de l’Asie, au Cambodge plus précisément que le centre culturel est allé chercher l’inspiration. À chaque fois, un point commun, l’engagement. Pour Guillaume Bertrand, pas le choix, « le cirque demande un engagement à 100 %, rien n’est non-maîtrisé ».

Un projet conçu collectivement

Maîtrise technique oui, mais pas au détriment d’une liberté d’expression personnelle, comme le soulignent unanimement les cinq artistes du projet. Tous ont été force de proposition lors du processus d’écriture. Rachid Bazin, Yassine El Mouktadi, Abdelkarim Erramach, Nabil Boukhris et Said Mouhssine, salue tous une mise en scène « libre, engagée, énergétique et nostalgique ». « Une belle expérience », que les Ambarésiens ont le privilège de découvrir demain soir, une exclusivité régionale.

« Tarkiz » sera présenté dans le cadre des Vertigineuses, une soirée mêlant cirque et musique electroworld avec le concert d’Olivero & Sukh Mahal. Demain à 20 heures au lac de La Blanche. Entrée libre possible, dès 19 heures (possibilité de se restaurer sur place).

anne-laure de chalup et Georges bonhoure

Cet article a été rédigé par un correspondant ou un journaliste du journal Sud Ouest
http://www.sudouest.fr/
EmailFacebookGoogleLinkedInTumblrTwitter
Correspondant Sud-Ouest : Denis Garreau, Ambarès et Lagrave & St Louis de Montferrand
Email - Tél. portable 07 86 86 53 88
RSS Flux RSS Mentions Légales Mentions légales - Mentions Légales Extranet Copyright © 2019 Ville d'Ambarès & Lagrave. Tous droits réservés. - N° CNIL : 1001457