Connectez-vous !

J'ai perdu mon mot de passe

Vous n'avez pas encore de compte ? Créer un compte maintenant
Avec un compte vous pouvez entre autre suivre vos informations de fiches familles et enfants et les réinscrire chaque année, vous pouvez aussi gérer votre fiche association


Si vous rencontrez un problème, n'hésitez pas à contacter le webmaster@ville-ambaresetlagrave.fr

Connectez-vous !
Bannière
INFOS FLASHMouvement de grève mardi 24 septembre

Actualités

Vidéo. Sainte-Eulalie (33) : le projet de crématorium dans le collimateur de la mairie d’Ambarès

Publié le Lun. 9 Septembre 2019

elie-laurent-un-riverain-du-futur-crematorium-de-sainte-eulalie
elie-laurent-un-riverain-du-futur-crematorium-de-sainte-eulalie © Photo Etienne Millien

Alors que l’enquête publique débute le 6 septembre, Ambarès-et-Lagrave demande à son voisin d’annuler le permis de construire du futur crématorium, situé en bordure de résidences individuelles.

Sur la rive droite, le dossier est devenu une arlésienne. La construction d’un second crématorium, capable de soulager celui de Montussan, est attendue depuis de nombreuses années.

Après l’étude d’une implantation près du cimetière de Sainte-Eulalie, vite abandonnée suite au rejet des habitants, un site, à la frontière d’Ambarès-et-Lagrave a été identifié. Dans une zone de la ville bordée par l’autoroute, le terrain arboré désigné fait face à une série de pavillons individuels, situés sur le territoire d’Ambarès. « On est à six mètres du futur incinérateur?! » réagit Élie Laurent, qui anime un collectif de riverains opposés au projet. « On vit ici avec nos enfants, on a deux assistantes maternelles dans la rue, on ne veut pas avoir la mort sous nos fenêtres en permanence », ajoute-t-il.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=v1MWAY-1HlY

Annulation demandée

Le mécontentement a trouvé un écho à la mairie d’Ambarès, qui a adressé le 28 août un recours gracieux à son homologue de Sainte-Eulalie. Il demande l’annulation du permis de construire délivré à la Société des incinérateurs de France.

« Nous ne sommes pas d’accord avec cette implantation », explique Nordine Guendez, adjoint au maire d’Ambarès et candidat désigné à la succession de Michel Héritié, édile de la commune. « C’est assez cavalier d’avoir déposé le permis sans nous prévenir. Surtout, ce sont les habitants d’Ambarès qui vont subir les nuisances là où Sainte-Eulalie aura les bénéfices de l’exploitation du site, sans les contraintes », estime l’élu, qui envisage aussi d’agir contre l’enquête publique, voire d’emprunter la voie contentieuse si Hubert Laporte, le maire de Sainte-Eulalie n’entend pas sa requête.

« Je ne vois pas d’élément probant dans cette demande, analyse ce dernier. Mais nous allons étudier précisément les motifs avec notre conseil (juridique, NDLR) » répond ce dernier. Au mois de juillet, le maire de Sainte-Eulalie avait présenté le permis de construire en conseil municipal et rappelé avoir reçu un avis favorable de l’Agence régionale de santé, de la commission de sécurité départementale et de Bordeaux Métropole. Cette dernière prescrivait des aménagements de circulation autour de l’équipement..

Aménagements prévus

« Nous avons prévu un double sens au début de l’avenue concernée et la sécurisation de l’accès à la route départementale », explique Hubert Laporte.

Élie Laurent estime de son côté que le trafic occasionné va nuire au cadre de vie des riverains. « Les agents immobiliers nous disent que la valeur de nos maisons va baisser de 30 à 50%. Pourquoi l’incinérateur ne va-t-il pas ailleurs?? » interroge-t-il. Le maire de Sainte-Eulalie se veut rassurant, il rappelle que la technologie actuelle a réduit très fortement les émissions et que la circulation liée au crématorium restera mesurée.

Selon lui, le recours contentieux de son voisin s’interprète aussi à l’aune des élections municipales de mars 2020. Les voisins, de leur côté, sont toujours remontés et motivés. « Voir des corbillards devant mes fenêtres tous les jours, ce n’est pas possible, je vais déprimer. On ne pourra plus vivre normalement. Ce n’est pas respectueux des riverains ni des usagers du crématorium » résume Hafida Zine, dont le pavillon donne sur la future entrée du site.  

 

Etienne Millien

Cet article a été rédigé par un correspondant ou un journaliste du journal Sud Ouest
http://www.sudouest.fr/
EmailFacebookGoogleLinkedInTumblrTwitter
Correspondant Sud-Ouest : Denis Garreau, Ambarès et Lagrave & St Louis de Montferrand
Email - Tél. portable 07 86 86 53 88
RSS Flux RSS Mentions Légales Mentions légales - Mentions Légales Extranet Copyright © 2019 Ville d'Ambarès & Lagrave. Tous droits réservés. - N° CNIL : 1001457