Actualités d'Ambarès & Lagrave

La pollution en toile de fond de la balade

Article publié le Lundi 10 Avril 2017 à 8H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Vie associative - Sports


La promenade printanière dans le marais est très prisée du public, qui pourra y voir des bovins.
La promenade printanière dans le marais est très prisée du public, qui pourra y voir des bovins. © archives « sud ouest »

Les Amis du marais profiteront de la promenade publique, demain, pour alerter sur la dégradation du milieu.

Il y a le grand et le petit marais de Montferrand lesquels cumulent 280 hectares d’un si grand intérêt écologique qu’ils sont classés Natura 2000. À la veille de la traditionnelle promenade découverte du printemps que proposent dimanche, pour la 25e année consécutive, Les Amis des marais, Thierry Dussenty, le président qui connaît les lieux mieux que sa poche, se sent partagé entre bonne et mauvaise nouvelle. « C’est la première fois en 25 ans que je vais prendre la parole, prévient-il. Des actes d’incivilité, des déchets abandonnés sur place ne permettent pas de dire que le marais est en très bon état. »

L’association veut « sensibiliser les élus » avant que le phénomène ne prenne trop d’ampleur. Mais quel phénomène?? « Je vais encore me faire taper sur les doigts mais il faut qu’en interne, les usagers des marais prennent conscience qu’ils ont un rôle à jouer dans la préservation du milieu. » Voilà c’est dit. Ces mêmes personnes sont trop bien placées pour savoir que le territoire n’est qu’exceptionnellement ouvert au public. Les Amis des marais de Montferrand rappellent que « les diverses pollutions sont à l’origine de la disparition sur le marais de 40 % des espèces endémiques ». Un taux d’autant plus ahurissant qu’il s’applique à « ces cinq dernières années ». « Il y a hélas quelque chose d’irréversible », déplorent les observateurs.

Le réseau hydraulique refait

Il ne faut pas tomber non plus dans la sinistrose. Le public ne devrait pas passer à côté de l’invitation, ce dimanche, (1) si l’on en croit la progression des inscriptions au cours de ces derniers jours. Vu les belles prévisions météorologiques, le nombre d’inscriptions n’a cessé de grimper au cours de ces derniers jours. La bonne nouvelle, c’est que le réseau hydraulique du marais a retrouvé une efficacité perdue depuis des décennies. « C’est le jour et la nuit », se réjouit Thierry Dussenty. Curage des jalles, restauration des empellages, le Syndicat de protection contre les inondations de la presqu’île d’Ambès (SPIPA) accomplit un très gros travail. Cette remise en état participe à la protection des biens et des personnes en cas d’inondation. Le marais jouant un rôle d’exutoire, il reste toutefois dans des conditions moins extrêmes, imprégné d’eau environ huit mois sur douze.

Son herbe naturelle, très grasse, est recherchée par les éleveurs de sorte que dimanche, les promeneurs croiseront les premiers locataires, équidés et bovins.

Dominique Andrieux

(1) Dimanche, à 8 h 30, rue Raymond-Beauvais à Saint-Vincent-de-Paul. Inscription, Tél. : 06 24 40 56 31.