Actualités d'Ambarès & Lagrave

Hermès recrutera début 2018

Article publié le Lundi 20 Novembre 2017 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Economie-Emploi - La mairie - Pratique


L’adjointe Anne-Cécile Réale et Max Coles, maire du village qui attire tous les regards depuis la fin octobre.
L’adjointe Anne-Cécile Réale et Max Coles, maire du village qui attire tous les regards depuis la fin octobre. © photo g. b.

Depuis l’annonce de l’installation en 2020 d’un atelier du maroquinier de luxe, les demandes d’information affluent à la mairie. Mais, seul Hermès est habilité à communiquer sur le sujet.

 

« Ça n’arrête pas. » À l’accueil de la mairie de Saint-Vincent-de-Paul, les coups de fil affluent pour savoir quand, et surtout comment, seront recrutés les futurs salariés d’Hermès. « Au début, c’était une dizaine par jours?! On ne pensait pas avoir autant de demandes », confie Anne-Cécile Réale, adjointe au maire.

Il faut dire que « près de 300 emplois » annoncés à terme dans cette commune de 1 000 habitants, dans un secteur à la vitalité économique bien moindre qu’au cœur de la Métropole, cela fait forcément appel d’air.

Dès le mois prochain

Mais la petite mairie, même si elle a évidemment été associée au projet, n’est pas la mieux placée pour communiquer sur le sujet. « On leur dit de regarder régulièrement sur le site de la commune, où l’on mettra un lien vers un numéro ou une adresse mail dès que l’entreprise nous le demandera. »

Selon nos informations, le recrutement débutera dès le début de l’année 2018. La grande majorité des postes seront des couturiers et couturières, mais aucun profil particulier n’est recherché, puisque la formation – dix-huit mois, dans un atelier provisoire situé à Ambarès-et-Lagrave -, très spécifique, fera d’eux des couturiers et couturières ultraspécialisés.

Rappelons que chaque produit estampillé Hermès porte un signe distinctif propre à l’ouvrier qui l’a confectionné, ainsi que l’année de sa fabrication – sur l’envers de la bride de fermeture pour les sacs. Seront produits en premier lieu sur le site de Saint-Vincent-de-Paul des sacs à main Kelly, créés en 1923, puis d’autres modèles.

« Nous recherchons tous types de profils, à condition d’avoir de la dextérité et d’aimer ces métiers », confiait le mois dernier le directeur général d’Hermès, Guillaume de Seynes, qui parlait d’une « première promotion d’une vingtaine d’artisans en septembre 2018 ».

Les candidats pourront avoir de 19 à 59 ans et la motivation sera vraisemblablement l’aspect le plus important à l’heure du choix.

« Goût de la réussite »

Sur son site, dans la section « Hermès employeur » – ou aucune annonce concernant la Gironde n’est pour l’instant déposée, la mythique marque de luxe assure ainsi : « Authenticité et proximité des relations, humilité et goût de la réussite en équipe singularisent le management de la maison. » Si le ramage de l’entreprise se rapporte à son plumage, nul doute qu’il fait bon travailler dans ces ateliers. Et Hermès pourrait bien vite devenir le phœnix des hôtes économiques de la presqu’île.

Chaque produit estampillé Hermès porte un signe distinctif propre à l’ouvrier qui l’a confectionné

 

gabriel blaise