Actualités d'Ambarès & Lagrave

Des marchés de Noël à la sauce népalaise

Article publié le Vendredi 1er Décembre 2017 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Vie associative - La mairie - Pratique


Un bâtiment polyvalent pour l’accueil des enfants et le stockage de l’eau a été construit en 2016. Au premier plan, Sunita, présidente de l’association locale à Bhaktapur.
Un bâtiment polyvalent pour l’accueil des enfants et le stockage de l’eau a été construit en 2016. Au premier plan, Sunita, présidente de l’association locale à Bhaktapur. © photo toit carbon-blanc

L’association Toit Carbon-Blanc aura un stand demain sur le marché ambarésien, puis samedi prochain sur celui de la commune qui l’a vue naître il y a neuf ans.

Inutile de chercher une place au repas traditionnel népalais qu’organise Toit Carbon-Blanc ce soir au Juliano : les réservations sont complètes depuis la semaine dernière. « On a énormément de demandes », confie Didier Lamy, trésorier de l’association. Une consolation est prévue pour tous ceux qui ne pourront goûter au poulet-petits légumes, riz à la népalaise et apéro des rizières préparés par la belle-famille de Didier Lamy (son fils s’est marié à une Népalaise). L’asso sera en effet présente demain sur le marché de Noël d’Ambarès-et-Lagrave, sur celui de Carbon-Blanc samedi prochain puis les 16 et 17 décembre à Cubzac-les-Ponts.

Peau de yack

« On y vendra de l’artisanat népalais de qualité, que l’on ramène de nos déplacements sur place – un ou deux par an. » Bijoux, bonnets, poteries, objets en bois ou encore couvertures en peaux de yacks… « Ce ne sont que de petites choses, tout est à moins de 20 euros. » La recette permettra d’alimenter le budget de l’asso créée en 2008 pour scolariser les enfants de la ville de Bhaktapur, à 10 kilomètres de la capitale Katmandou, et qui a élargi au fil des ans son champ d’action.

« En 2012, on a créé un accueil périscolaire, puis on a installé un système de production d’eau potable, l’an dernier, grâce à une valise de purification offerte par le Rotary-Club des Hauts de Garonne [à Saint-André-de-Cubzac] », détaille Didier Lamy. Un terrain a été acheté pour y construire un bâtiment polyvalent qui sert à l’accueil des enfants et pour le stockage de l’eau. « On va chercher de l’eau ‘‘sale’’, par 5 000 à 6 000 litres, que l’on filtre. Elle bénéficie aux familles des enfants scolarisés – ils sont aujourd’hui une cinquantaine. »

Quatre emplois locaux

Toit Carbon-Blanc, qui compte 241 membres dont 80 % de Girondins (56 % de Carbon-Blanc), dispose d’un budget de fonctionnement de 15 000 euros annuels, en bonne partie pour financer les quatre emplois créés sur place – trois animateurs et un responsable de l’eau potable.

Outre les adhésions et les parrainages (il faut compter 180 euros par an pour parrainer un écolier), elle organise des spectacles, concerts ou projections de films népalais. Toute une organisation au service de la solidarité qui s’est construite pas à pas depuis la rencontre de Sylvain Lamy, le fils de Didier, avec celle qui allait devenir sa femme, Sabina. « Il était bénévole dans une école là-bas. On y est allés pour rencontrer la belle-famille et on est tombés amoureux de ce pays… », raconte encore Didier Lamy.

Courriel : Site internet (en construction) : http://www.toit-carbonblanc.org

 

gabriel blaise