Actualités d'Ambarès & Lagrave

Seul un train sur quatre s’arrête ici

Article publié le Mardi 12 Décembre 2017 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : La mairie - Pratique - Agenda 21


Selon Michel Héritié, les deux haltes TER de la commune sont sous-exploitées alors qu’elles pourraient participer au désengorgement de la métropole.
Selon Michel Héritié, les deux haltes TER de la commune sont sous-exploitées alors qu’elles pourraient participer au désengorgement de la métropole. © GB

Le maire, Michel Héritié, en appelle à la Région et à la SNCF pour un meilleur cadencement dans les gares périphériques.

Parmi les solutions régulièrement évoquées pour désengorger la métropole bordelaise de ses voitures figure une intensification de la fréquentation des trains express régionaux (TER). C’est ce que suggère Michel Héritié, qui déplore que seul un train sur quatre traversant la commune d’Ambarès-et-Lagrave s’y arrête.

« Deux voies passent par notre commune, explique le maire : la ligne Nantes-Bordeaux, qui passe par la halte-TER de La Grave, et la ligne Angoulême, Bordeaux, qui dessert La Gorp. Le problème, c’est que la plupart ne s’arrêtent pas en gare… »

15 trains, quatre dessertes

Et l’édile de montrer, horaires de la SNCF en mains, que sur une quinzaine de trains passant sur la ligne surant les trois heures de pointe du matin (6 h-9 h), un quart environ seulement fait halte dans l’une des gares ambarésiennes. « Les trains passent. Pourquoi ne s’arrêtent-ils pas?? Le soir, c’est idem. Il n’y a que trois trains entre 18 h et 20 h. »

Pour le maire d’Ambarès-et-Lagrave, « on devrait encourager les usagers à utiliser le train au quotidien. Il suffit de 14 minutes pour rejoindre la gare Saint-Jean, contre une heure à une heure et demie en voiture?! Mais pour cela, il faut que les TER jouent un vrai rôle de RER, avec un cadencement adapté aux besoins des travailleurs, des étudiants… Il faudrait a minima combler les interstices entre les passages actuels [doubler le nombre d’arrêts, NDLR] car, suivant l’heure où ils embauchent – ou ils débutent leur cours – les gens ne peuvent pas attendre. »

Michel Héritié, qui préside la commission Infrastructures routières et ferroviaires à la Métropole, assure avoir demandé à Alain Juppé de se rapprocher de la Région pour peser sur la SNCF afin de remédier à cette situation.

Pas de distributeurs

Il s’agace par ailleurs de l’absence de distributeurs de billets dans ces petites gares – « alors que cela fait des années que j’en demande un à La Gorp » -, ou encore du fait qu’un abonné sur une ligne ne puisse emprunter la seconde. « On est les parents pauvres de la politique de transports, alors qu’on joue le jeu au niveau de notre commune : nous avons réalisé des travaux pour améliorer l’accessibilité à la halte-TER de Lagrave, et trois parkings sont à réaliser autour de La Gorp [en tout, 70 places, NDLR]. »

Michel Héritié rappelle aussi la bonne volonté dont sa commune comme d’autres a fait preuve lors de la construction de la LGV. « On a accepté le projet car il y avait un intérêt régional, voire national. Ici, j’ai eu quarante maisons démolies. En échange, on m’avait vendu plus de passages de TER. On les attend toujours. »

Gabriel Blaise