Actualités d'Ambarès & Lagrave

Un court-métrage qui pourrait les mener loin

Article publié le Vendredi 22 Décembre 2017 à 8H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Culture


La petite équipe a tourné dans le parc Peyrelongue, à Ambarès.
La petite équipe a tourné dans le parc Peyrelongue, à Ambarès. © D.R.

« Je suis un pull-offert », de la jeune réalisatrice ambarésienne Roxane Dumarais, est bien placé pour faire partie de la première sélection du huitième Nikon Film Festival.

« Jusqu’à présent, j’avais surtout réalisé de petits films pour la famille ou les copains, pour des anniversaires. Là, c’est un peu plus sérieux. » Roxane Dumarais, 23 ans, a quitté Ambarès pour faire un BTS audiovisuel à Bayonne avant de faire le grand saut sur Paris où elle travaille comme assistante-réalisatrice dans une boîte de production (1). Elle participe pour la première fois au Nikon Film Festival (2), un concours de courts-métrages qui a une belle réputation dans le secteur.

« Le thème, ‘‘Je suis un cadeau’’, m’a inspirée. J’ai imaginé cette histoire [lire ci-contre], j’ai fait appel à des amis ambarésiens et on l’a tourné en octobre », explique-t-elle.

Tourné à Peyrelongue

La petite troupe – Nicolas Allaire, l’acteur principal, son grand-père qui lui donne la réplique et les techniciens – s’est réunie dans le parc ambarésien du centre Peyrelongue, institution régionale pour sourds et aveugles. « On avait une ébauche de dialogues et la trame de l’histoire, mais on aussi pas mal improvisé, Roxane nous a beaucoup fait participer », raconte Nicolas Allaire, 20 ans, emballé par l’expérience. « Il faisait très froid et on devait se changer sans arrêt, au moins huit ou neuf fois en six heures. Mais c’était vraiment un bon moment. »

Lui qui « rêve d’être acteur » et travaille comme animateur dans le périscolaire a embarqué son propre aïeul dans l’aventure… même si ce ne fut pas chose facile. « Je l’avais déjà fait jouer dans nos petits films entre copains et il n’était pas trop pour recommencer?; mais là, j’ai dû lui prouver qu’il s’agissait d’une vidéo sérieuse. Je lui ai dit que j’aimerais bien montrer, moi, à mes petits-enfants, une vidéo de leur grand-père et de son propre grand-père. » Inutile d’être fin psychologue pour ressentir dans le film le lien qui unit les deux hommes.

385 films en lice

Les jeunes Ambarésiens ont conscience d’avoir « une mini-chance d’être vus au niveau national » grâce au concours. « Je suis un pull-offert » est en effet parmi les cinquante courts les plus soutenus sur les 385 aujourd’hui en lice. « Le concours est ouvert depuis cet été. On l’a mis en ligne début décembre et il est déjà bien placé, même si on ne sait pas exactement puisque l’organisation ne dévoile pas le détail précis du classement », explique Roxane. Hier, le film avait été vu plus de 1 400 fois. Il est possible de voter jusqu’au 8 février.

(1) Grand Angle, qui produit notamment des « Faut pas rêver » et « Thalassa ». (2) festivalnikon. fr

 

gabriel blaise