Actualités d'Ambarès & Lagrave

Ambarès-et-Lagrave (33) : le nageur Alain Bernard sur le chantier de la piscine

Article publié le Mardi 19 Juin 2018 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Sports - La mairie


Alain Bernard, sur le site de la future piscine municipale, hier après-midi, en compagnie du maire Michel Héritié et de son adjointe en charge des sports, Myriam Bret.
Alain Bernard, sur le site de la future piscine municipale, hier après-midi, en compagnie du maire Michel Héritié et de son adjointe en charge des sports, Myriam Bret. © TD

Alain Bernard, triple médaillé aux Jeux Olympiques de Pékin, s’est rendu lundi sur le chantier de l’équipement municipal. Ouverture prévue en 2019.

Du haut de son 1,96 mètre, dépassant de quelques centimètres les grilles situées à l’entrée du chantier lancé le 11 juin, Alain Bernard était de loin celui qui avait la meilleure vue, lundi après-midi, sur le terrain où la nouvelle piscine municipale d’Ambarès-et-Lagrave sera construite.

Le nageur, dont la carrure est aussi impressionnante que le palmarès (il avait notamment été triple médaillé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008) avait répondu favorablement à l’invitation de la mairie, le contact ayant été facilité par Myriam Bret, l’adjointe au maire en charge des sports.

Initialement, les élus ambarésiens espéraient pouvoir compter sur sa présence pour la pose de la première pierre, le 4 juillet, mais son emploi du temps ne le permettait pas. C’est donc avec quelques jours d’avance que ce dernier s’est rendu sur place, après avoir pris le temps de découvrir le projet à la mairie et de s’entretenir avec le maire Michel Héritié et une partie de son équipe.

« C’est un honneur de pouvoir l’accueillir ici », confiait ce dernier sur le trottoir de l’avenue Pierre-Barre, que les élèves du collège Claude-Massé, situé juste en face, n’auront qu’à traverser pour plonger dans le bassin de 25 mètres.

Nageurs de haut niveau

« Dès qu’il y a une piscine qui sort sur le territoire, je suis un fervent partisan parce que j’ai eu la chance de commencer ma carrière avec une piscine de proximité. C’était à côté de chez moi et pratique. Plus tard, j’ai intégré des structures un peu plus éloignées de mon domicile mais la passion, elle est née là », témoigne le champion, originaire d’Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône (13).

Ainsi, on peut espérer que la nouvelle piscine, construite en lieu et place de l’ancienne, verra émerger des nageurs de haut niveau dans les prochaines années. Un espoir d’autant plus permis lorsqu’on regarde le parcours de Solène Gallego et Pierre-Laurent Raffalli, deux nageurs de haut niveau formés à la section natation de l’Association sportive ambarésienne. La première étant d’ailleurs issue de la classe sportive natation du collège Claude-Massé, riche d’une douzaine d’élèves.

"La difficulté, c’est de ne pas arriver à ce point de rupture où il n’y a plus d’équipement à offrir à la population"

« C’est génial de voir qu’il y a des gens qui se démènent pour leur apporter les meilleures conditions », souligne Alain Bernard. Retraité depuis 2012, celui-ci est régulièrement invité pour inaugurer des piscines ou poser leur première pierre. « Jamais assez », dit-il, bien au-delà de la notoriété et de l’ego. « On est dans une période où l’on réhabilite des piscines qui ont pour la plupart 40 ans, alors que leur durée de vie annoncée était de 30. La difficulté, c’est donc de ne pas arriver à ce point de rupture où il n’y a plus d’équipement à offrir à la population, ce qui est triste », estime-t-il.

Une déclaration qui n’est pas sans rappeler la situation à laquelle se retrouve confrontée la Ville d’Ambarès depuis la fermeture de la précédente piscine en 2014. Et dont la démolition, l’été 2017, avait suscité une certaine émotion chez la population.

Le nouvel équipement, dont le coût de construction est de 7 millions d’euros, devrait quant à lui ouvrir en septembre 2019. Alain Bernard a d’ores et déjà reçu l’invitation des élus pour participer à l’inauguration officielle.