Actualités d'Ambarès & Lagrave

La cabine anglaise de retour dans la commune

Article publié le Lundi 28 Janvier 2019 à 17H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Culture - Pratique


La cabine anglaise de la commune avait été vandalisée en 2018.
La cabine anglaise de la commune avait été vandalisée en 2018. © photo archives denis garreau

Une nouvelle cabine téléphonique, venue d’Outre-Manche, a été installée place de la mairie pour remplacer celle qui avait été vandalisée. Elle accueillera une bibliothèque.

Elle était un « symbole autant qu’un outil », se souvient l’ancien maire d’Ambarès-et-Lagrave, Henri Houdebert. C’est lui qui, il y a près de vingt-huit ans, a eu « l’immense surprise » de voir une véritable cabine téléphonique anglaise débarquer dans sa commune. À l’occasion de la réinstallation d’une cabine sur la place de la mairie d’Ambarès, il revient sur l’histoire de cette institution britannique venue se perdre sur la rive droite bordelaise un beau jour de 1991.

C’est à l’occasion du jumelage avec la commune anglaise de Norton-Radstock et au gré de plusieurs concours de circonstance que les 864 kilos d’acier avaient pu traverser la Manche. « Un membre du comité travaillait chez les Télécoms », explique Henri Houdebert. Car non, la cabine n’était pas une réplique mais bel et bien un équipement fonctionnel, utilisé tous les jours par les Anglais pour passer leurs appels.

« C’était une vraie cabine royale avec la couronne et tous les éléments traditionnels », se remémore l’ancien maire. Il précise que la cabine ambarésienne était un modèle qui n’était déjà plus en circulation en 1991 : « Nous étions déjà vintage », glisse-t-il fièrement.

Le symbole vandalisé

C’est un autre membre du comité professionnel de l’acier qui a redonné tout son lustre à la vieille dame rouge. Il y a aussi ajouté sur les plaques d’origine la charte signée entre les eux communes jumelées (en français et en anglais) ainsi que le contexte dans lequel la cabine a été livrée en France.

Fonctionnel, l’équipement avait permis aux maires d’Ambarès-et-Lagrave et de Norton-Radstock de passer des appels Outre-Manche le jour de l’inauguration, le 30 août 1991. « Nous avons appelé le député de la circonscription ainsi que le journal local en Angleterre », raconte Henri Houdebert. Mais après des années de bons et loyaux services auprès des Ambarésiens, le combiné de la cabine a été peu à peu délaissé, téléphones portables oblige. Et puis, un beau jour, ce qu’Henri Houdebert pensait impensable est arrivé : la cabine a été vandalisée en avril dernier.

Moins d’un an après, la cabine s’apprête à renaître de ses cendres. « Je suis très content qu’elle revienne car elle évoque quelque chose à tous les Ambarésiens », se réjouit l’ancien maire. Il en est convaincu, les habitants auraient été prêts à la financer : « Je pense qu’il y aurait eu un sursaut citoyen car c’était une présence sentimentale forte. »

Cette nouvelle cabine est neuve, elle sera la réplique de l’originale et abritera une bibliothèque miniature ouverte à tous.

 

Anne-Laure de Chalup