Actualités d'Ambarès & Lagrave

Le train ? La solution pour les cinq maires

Article publié le Vendredi 8 Novembre 2019 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : La mairie - Environnement - Pratique



© DR

PRESQU’ÎLE Les cinq maires de la presqu’île d’Ambès font front commun pour les gares

En 2016, la SNCF et Bordeaux Métropole ont réalisé une étude qui démontre qu’il faudrait 17 passages – et arrêts – de train, dans chaque sens, à la gare Bassens. Il y en a onze actuellement. Pour rendre la gare plus visible, la mairie bassenaise a fait tomber le mur d’enceinte. Elle va créer deux autres parkings. À côté du pont ferré, il faudra créer une trouée pour franchir les voies et faire passer piétons et vélos. « On sait qu’en 2022, la SNCF prévoit des travaux, ce serait bien d’en profiter pour faire ces travaux », suggère Jean-Pierre Turon, maire de Bassens.

Résorber « l’entonnoir »

Pour Alain Turby, maire de Carbon-Blanc, « des préconisations simples permettraient de diminuer cet entonnoir de Bassens. Il faut augmenter le nombre de rames dans les trains qui desservent les gares d’Ambarès, Sainte-Eulalie-Carbon-Blanc et Bassens. La métropole doit les financer. Surtout, il ne faut pas attendre la rénovation de la voie de Langon en 2028 pour réaliser la diamétralisation des voies métropolitaines. Tous les élus sont d’accord, ne manque que la SNCF. Peut-être que l’ouverture à la concurrence permettra de lui secouer les puces?? »

Kévin Subrenat, maire d’Ambès, partage l’avis de ses voisins. « Les quatre gares de la presqu’île permettraient d’accéder à Bordeaux en un temps certain. Nous avons demandé à ce que la voie de fret de la presqu’île d’Ambès réhabilitée puisse transporter des voyageurs. » Michel Héritier, maire d’Ambarès-et-Lagrave, ne dit pas autre chose : « il faut améliorer le cadencement, surtout celui de la ligne de Saint-André-de-Cubzac et cela ne peut pas attendre 2028. » Hubert Laporte, maire de Sainte-Eulalie, constate que « de plus en plus de gens prennent le train. C’est une solution peu coûteuse puisque la structure existe. Il faut augmenter la fiabilité des horaires et assurer l’intermodalité du dernier kilomètre entre la gare et la maison. Pour cela, nous créons des pistes cyclables vers la gare et les bus. Il faudra créer des parkings autour des gares. »

Gaelle Richard