Actualités d'Ambarès & Lagrave

Dominique Jougla joue sa dernière partition

Article publié le Jeudi 21 Novembre 2019 à 9H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Vie associative - Culture


dominique-jougla-chef-dorchestre-et-professeur-de-trompette
dominique-jougla-chef-dorchestre-et-professeur-de-trompette © DG

C’est un concert de la Sainte-Cécile exceptionnel et emprunt d’émotion, qui va se dérouler samedi sous la baguette de Dominique Jougla: il jouera sa dernière partition après quarante années passées à l’école de musique d’Ambarès.

Professeur de trompette en 1980, puis directeur de l’école de musique, il posera sa baguette pour le 14 juillet, à la fin de la saison musicale. Diplômé du conservatoire de Bordeaux, titulaire du certificat d’aptitude de professeur de musique de la fédération nationale des professeurs de musique, diplôme national de chef d’orchestre avec une formation pédagogique à l’école Yamaha Europe, le parcours de Dominique Jougla est exemplaire de par sa fidélité à la commune d’Ambarès.

 Tout au long de sa carrière, il a axé son enseignement sur la pédagogie et les rencontres humaines. Pour lui « l’élément fédérateur d’un orchestre, c’est le côté humain et la musique est un outil de vecteur social ».
 
« Trompettes en folie »

Samedi soir, au cours de deux séances, un tempo mis en place depuis quatre ans pour accueillir tous ceux qui se pressent à ces soirées musicales atypiques, sonneront la dernière séance de Dominique Jougla.

Sur le thème « Les Trompettes en folie », en ouverture, un ensemble de 32 musiciens auquel se joindront des élèves de trompettes de l’époque devenus professeurs professionnels aujourd’hui, et des vidéos retraceront des années 80 à nos jours le parcours du chef d’orchestre et les évènements manquants de l’harmonie ambarésienne. Un hommage sera rendu à deux musiciens disparus de la classe de cuivres, Gaston Vinquier (bugle) et à Jean Claude Saint-Oreins (tuba).

Entrée gratuite sur réservation au 06 45 67 31 27 ou 06 69 62 24 27. Deux séances à 17 heures et 21 heures au pôle Ev@sion.

 

Denis Garreau - Correspondant Sud-Ouest