Actualités d'Ambarès & Lagrave

Mystères et raffinements de la culture indienne

Article publié le Vendredi 13 Juillet 2007 à 10H ( paru dans SUD OUEST )
Catégories : Culture



© DR

La bibliothèque François Mitterrand, aux accents des palais du Rajasthan durant le mois de juin

Cette année, la France célèbre l'Inde et, en ce mois de juin, la bibliothèque d'Ambarès et Lagrave lève le voile sur les mystères et les raffinements de la culture indienne. Dans un parcours d'images instantanées d'une grande sensibilité, la photographe M-C Bay, a montré la diversité de la population indienne et différents aspects de la vie quotidienne. A l'invitation de Francis Passicos les scolaires et les résidents des Erables ont découvert, en musique et en images, la culture de ce continent. Mercredi, l'un des contes les plus populaires de la mythologie indienne " l'Enfance et les exploits du dieu Krishna ", proposé par Géraldine Nalini et Hicham Squalli a transporté les plus petits , tandis que les aînés participaient à un atelier de peinture de " thapas ", conduit par B. Maille.

Au palais du Rajasthan -

Pour clôturer le mois de l'Inde dans la cité ambarésienne, un public varié a franchi la porte de la bibliothèque, parée de motifs traditionnels des palais du Rajasthan, pour découvrir, dans le parc des ateliers d'initiation à la musique, aux " mudras " (gestuelle symbolique), à la danse. Un panorama de la culture indienne s'est mis en résonance avec la nature et les arbres.
La danseuse Géraldine Nalini, par sa virtuosité et la maîtrise de " l'Abhinaya "- art des expressions symboliques, a rendu sensible au public toute la dimension esthétique et dramaturgique du " Baratha Natyam ". Elle a illustré le récit millénaire de la vie du dieu Krisna extrait du poème épique de la Gita Govinda, narré par Hicham Squalli et accompagné par la flûte, le sitar et l'harmonium.
Toute la richesse de la musique indienne des " Ragas " s'est manifestée dans la complicité sensible et inventive des tablas d'Olivier Colombel et les harmonies subtiles du sitar de F. Passicos

Le public a abandonné ses repères pour se laisser conduire avec délicatesse vers des formes artistiques inhabituelles où la sensation du temps qui se dilate et s'étire prend toute sa place.

Photos